Rechercher

Les “dumb portfolios” et les promoteurs

Nous sommes de retour avec nos portefeuilles "dumb" et leurs performances à la fin du mois de juin 2021. Les portefeuilles "muets" nous permettent de bousculer les idées reçues en matière d'investissement. Un peu de provocation est bienvenue dans un monde où nous avons tendance à nous auto-congratuler.


Rappel

Il existe trois portefeuilles en CHF, EUR et USD. Chacun est composé de deux ETF, l'un en actions locales et l'autre en obligations d'Etat locales avec des échéances de 3 à 7 ans. Au début de chaque année, les deux ETF sont rééquilibrés pour représenter 50% de la valeur totale du portefeuille. Le profil de risque d'un portefeuille muet correspond au profil de risque d'un portefeuille équilibré qui est courant dans le secteur de la banque privée suisse. Il ne s'agit pas d'une recommandation d'investissement, mais d'une "jauge" permettant d'évaluer la qualité de la gestion discrétionnaire en Suisse.


Pourquoi bête

Ces portefeuilles ne nécessitent pas d'expertise spécifique, n'importe qui pourrait les répliquer sur les plateformes bancaires disponibles. Il n'y a pas de diversification internationale. Il n'y a pas d'histoire à raconter car ils ne dépendent pas des prévisions du marché. Ils sont pavloviens : chaque année, vous recommencez avec la même allocation et les deux mêmes ETF. En bref, ils ne sont pas sexy.

Cependant, ces portefeuilles ont des qualités : ils sont disciplinés, transparents et systématiques. Ils ne coûtent que quelques centaines de francs par an (200 francs ou moins en droits de garde et les frais de deux transactions boursières), on peut considérer qu'il s'agit d'une proposition low-cost de gestion de portefeuille.


Les performances des Dumb Portfolios [1]

[1] La performance contient 0.2% de frais annuels, soit 2'000 CHF/EUR/USD par an pour un compte de 1 million.

CHF

EUR

USD

2016

-1.98%

4.24%

6.14%

2017

8.54%

5.50%

11.09%

2018

-5.29%

-6.17%

-1.89%

2019

13.81%

15.49%

18.21%

2020

0.37%

-0.42%

12.31%

2021 H1

6.89%

7.72%

6.70%

TOTAL

22.95%

27.80%

63.87%

Annualized

3.83%

5.03%

9.40%

Volatility

4.96%

7.86%

7.72%

Deux ETF pour chaque devise

UBS ETF (CH) - SPI® (CHF) A-dis CHF ISIN: CH0118923892

UBS ETF (CH) - SBI® Domestic Government 3-7 A-dis CHF ISIN: CH0131872431

iShares Euro Government Bond Index Fund (IE) Class D Eur ISIN: IE00BD0NC037

iShares Core MSCI EMU UCITS ETF EUR ISIN : IE00B53QG562

iShares $ Treasury Bond 3-7yr UCITS ETF ISIN: IE00B3VWN393

iShares Core S&P 500 UCITS ETF USD ISIN: IE00B5BMR087


" Les dumb portfolios " ont bénéficié de la hausse des marchés actions en 2021. À l'instar du secteur et contrairement aux années précédentes, les performances depuis le début de l'année sont similaires dans les trois monnaies. Les volatilités reviennent à la normale, après une année 2020 exceptionnellement agitée.

Pour mesurer la qualité d'une performance, il est préférable de considérer une période de 5 ans ou plus. Ainsi, la performance du "dumb dollar" est nettement supérieure, en monnaie locale, à celle de l'euro et du franc suisse, près de 40% sur 5,5 ans. En effet, les "dumbs" n'investissent que localement. Pourtant, les actifs américains ont nettement surperformé ceux de l'Europe et de la Suisse sur la période considérée. Comme il n'y a pas de diversification des devises dans les "dumbs", les portefeuilles en CHF et en EUR n'en ont pas profité.


Comment cela se compare-t-il avec le secteur ?

Il n'est pas dans notre intention de fournir un examen détaillé de la performance du secteur de la gestion des investissements des clients privés. Nous nous basons sur les performances ajustées au risque publiées par l'excellente plateforme communautaire "Performance Watcher" (PW), la seule qui soit totalement indépendante car les données ne sont pas utilisées à d'autres fins. Elle agrège les résultats obtenus, par devise et par profil de risque, pour de nombreux portefeuilles discrétionnaires de clients privés.


Depuis 2016[1], les portefeuilles dumb font légèrement mieux que le portefeuille moyen PW à risque moyen en CHF et EUR, et beaucoup mieux en USD. Les volatilités sont similaires, bien que les dumb en EUR et USD, aient une volatilité plus élevée que la moyenne de PW en 2021. Chacun peut consulter ces chiffres sur www.performance-watcher.ch .

Nous affirmons que les portefeuilles "idiots" sont faciles à battre, alors pourquoi les professionnels ont-ils tant de mal à battre les portefeuilles "d'entrée de gamme", de type "finance pour les nuls" ?

[1] Sauf erreur ou omission, les chiffres officiels peuvent être consultés à l'adresse suivante www.performance-watcher.ch


CHF

EUR

USD

2016

2.33%

4.22%

4.12%

2017

7.94%

5.71%

11.15%

2018

-8.08%

-7.18%

-7.06%

2019

11.62%

12.58%

15.16%

2020

2.11%

3.09%

8.49%

2021 H1

5.97%

5.77%

5.35%

TOTAL

22.64%

25.53%

41.57%

Annualized

3.78%

3.48%

6.09%

Volatility

4.123%

4.94%

6.02%

Les promoteurs

La plupart des institutions financières et des intermédiaires financiers disposent d'un personnel compétent et d'une infrastructure. Ils disposent donc des connaissances et des moyens nécessaires pour obtenir des résultats pour leurs clients. A priori, on ne peut pas mettre en doute la volonté des dirigeants des banques et des institutions du secteur de la banque privée de fournir des résultats supérieurs à la moyenne.

Alors comment est-il possible de peiner à faire mieux que des " portefeuilles muets ", si simples à mettre en œuvre, sur un cycle de plus de 5 ans ?

La réponse est simple : la plupart des acteurs du secteur ne font pas dans l'investissement, mais dans la promotion de l'investissement, ce qui est fondamentalement différent. Car si l'on a besoin de performance pour les clients, on a aussi besoin de revenus pour les fournisseurs. Il y a un conflit entre ces deux objectifs.

Pour être crédible dans cette industrie, il faut faire des prévisions sur l'évolution des prix de tout, tout le temps. C'est une contrainte que l'on s'impose, mais qui permet de faire bouger le portefeuille, de lancer de nouveaux fonds/produits avec de bonnes marges, ou de changer l'allocation du portefeuille, ce qui génère des revenus.

Aujourd'hui, grâce au méga-sujet de la lutte contre le réchauffement climatique, tout le monde rivalise pour mettre sur le marché de nouveaux produits qui permettent à leurs clients d'investir de manière plus "responsable" ou ESG.r[1]. Cependant, il est rare d'avoir des informations sur les coûts de ces produits et sur la manière dont ils seront intégrés dans l'allocation des portefeuilles. La finance responsable ne consiste pas seulement à acheter des produits "verts" ou "responsables", mais aussi et surtout à réduire le nombre de transactions et à offrir une transparence totale sur la structure des frais.

Le Top Management suit de près le "return on asset" (ROA) des portefeuilles clients. Il s'agit de savoir combien chaque portefeuille rapporte à l'institution. Avoir des objectifs de rentabilité (ROA) est une contrainte qui se fait au détriment de la qualité de la gestion du portefeuille. En courant avec des chaînes aux pieds, on peut avoir des résultats satisfaisants sur 1 à 2 ans. Néanmoins, sur de longues périodes, on est condamné à obtenir des rendements inférieurs. Les promoteurs sont condamnés à sous-performer.


Une utopie utile ?

Personne ne peut prédire l'évolution des prix sur les marchés financiers, pas même les meilleures banques d'investissement de Wall Street.[2] Nous le savons depuis longtemps. Ce qui est formidable dans notre secteur, c'est qu'il peut vous faire croire qu'un bon gestionnaire de portefeuille doit prédire ce que vont faire les marchés afin d'allouer des capitaux. En fait, ces prévisions sont au mieux inutiles.


Comment reconnaître un promoteur ?

Dans les portefeuilles des clients des promoteurs, les produits maison, les produits structurés et les produits à rétrocession intégrée sont souvent surreprésentés. Le chiffre d'affaires annuel peut également être élevé ; le total des transactions dépasse fréquemment 50 % de la valeur des actifs sous gestion chaque année, sans compter les opérations de change souvent coûteuses.

Les promoteurs proposent également chaque jour de nouvelles transactions à mettre en œuvre dans les portefeuilles, ce qui est l'exact opposé de l'investissement, et malheureusement ce n'est pas non plus du trading, certains le considèrent comme du "conseil". Le conseil devrait être organisé autour des questions de construction de portefeuille. Quel est l'impact sur le risque lorsqu'on déplace le portefeuille ? Ou sur le rendement attendu de l'allocation d'actifs ? Dans quels scénarios ? Quelques transactions par an suffisent.


Alors, quel est le but d'un gestionnaire de portefeuille ?

Un bon gestionnaire de portefeuille est un bâtisseur de portefeuille. En fonction des besoins de ses clients, il choisit soigneusement les véhicules d'investissement et varie peu. Sa rémunération n'est pas indexée sur le ROA des portefeuilles qu'il gère, cela a été fixé au début de la relation avec le client. Il s'attache à combiner les meilleurs véhicules d'investissement disponibles en fonction des critères préalablement définis avec ses clients. Il recherche la robustesse dans la construction de son portefeuille. Un portefeuille bien construit est convexe, il participe davantage aux hausses qu'aux baisses du marché ; cela semble trivial, mais ne l'est pas.

Un bon gestionnaire de portefeuille ne perd pas de temps à essayer de prédire le prochain mouvement du marché, au contraire, il protège ses clients du brouhaha parfois dangereux des médias financiers. Il privilégie le long terme, il est discipliné et transparent. Son reporting permet au client de juger de la qualité des résultats obtenus en termes absolus et relatifs et sur la base de critères qualitatifs définis au préalable avec le client.


Une responsabilité partagée

Il faut reconnaître qu'il est également de la responsabilité des clients de mettre en place des outils de contrôle de la qualité des résultats obtenus par leur gestionnaire et l'institution qu'il représente, même si le gestionnaire est un ami et peut-être surtout s'il est un ami. Ce dernier n'a même pas besoin de savoir qu'il est contrôlé.

Depuis quelques années, il existe des solutions de contrôle peu coûteuses et systématiques. Vous pouvez ainsi poser les bonnes questions à votre manager et détecter rapidement toute incohérence.

Si la qualité des résultats n'est pas bonne, il faut la corriger rapidement, sinon, au fil des années, le manque à gagner financier peut être très important (en millions).

Nous avons une recommandation claire pour les clients : assurez-vous que les intérêts de votre gestionnaire de portefeuille sont alignés sur les vôtres.


Une opportunité

Il nous semble qu'avec l'entrée en vigueur de la LSFin et l'essor de la finance durable, la Suisse a une belle carte à jouer.

Il y a de la place dans le secteur de la banque privée pour un service à haute valeur ajoutée, qui mettrait l'accent sur le savoir-faire en matière de construction de portefeuille pour la préservation et la croissance du capital.

La relation avec le client devrait être basée sur une charte d'engagement. La transparence sur les honoraires et sur la qualité des résultats obtenus est essentielle dans une telle relation. Il s'agit bien sûr de définir quelle est la proposition de valeur de chaque entité, en fonction de ses ressources et de ses compétences (épargnez-nous la gestion sur mesure et les trucs de confidentialité, que l'on retrouve partout et qui ne sont jamais documentés). La proposition doit être à forte valeur ajoutée, rémunérée comme telle. Le modèle du "promoteur" est dépassé, nous devons évoluer. Les années 90 sont bien loin, sachant de plus que la finance décentralisée a le potentiel de changer encore le paysage de la gestion de patrimoine dans les années à venir.

Si vous souhaitez moderniser votre proposition de valeur en tant que professionnel de l'investissement, ou en tant que client pour mettre en place des contrôles, ou simplement pour critiquer la position ci-dessus, n'hésitez pas à nous contacter : jsp@premyss.ch.

[2] Nous recommandons à chacun de (re)lire un livre de base pour tout investisseur : "A Random Walk Down Wall Street" de Burton G. Malkiel.